Les nuits difficiles des jeunes parents : c’est pas fini !

Les nuits difficiles des jeunes parents : c’est pas fini !

Mis en ligne le mercredi 26 février 2014 à 13:45Donnez votre avis

C’est une des difficultés principales pour la plupart des jeunes parents : garder le calme et la sérénité face au manque de sommeil lié aux nuits écourtées par les pleurs de bébé.
A découvrir aussi dans Nuit et sommeil

Pourquoi cette irrégularité du sommeil les premiers mois ?

Les premières semaines qui suivent la naissance (qui peuvent aller jusqu’aux premiers 2 ou 3 mois) sont habituellement les plus difficiles. Il faudra vous armer de patience dans cette période pour garder votre calme et votre lucidité. Il est fortement conseillé si cela vous est possible de prendre vos congés maternité (vos objectifs professionnels attendront !). En effet, vous ne serez pas trop de deux pour vous relayer pendant les nuits qui seront entrecoupées de réveils toutes les 2 / 3 heures.

Votre bébé a vécu à un rythme différent pendant 9 mois, il faut lui laisser le temps de s’adapter à un nouveau mode de vie, à vous de l’accompagner sans le brusquer.

Conseils et astuces durant la première année

Lit bébéUne façon simple de guider votre enfant vers des nuits régulières et entières est tout d’abord de l’obliger à respecter un rituel dans les phases de sieste et de coucher. La régularité dans les heures de sieste et de coucher est impératif pour obliger votre enfant à s’habituer à s’endormir seul et à heures fixes. A l’inverse ne le forcer pas à se réveiller pour quelque prétexte que ce soit (heure du biberon, départ chez les amis, heure du bain, etc.)

Un autre élément essentiel est de lui aménager un endroit calme et apaisant pour qu'il puisse dormir. Lui attribuer sa propre chambre et un lit rien que pour lui l'aidera à prendre confiance dans ses phases d'endormissement. Ne tombez pas dans le piège facile de l'endormir dans vos bras ou pire... dans votre propre lit.

Si votre enfant se réveille, ne faîtes pas irruption dans la chambre dès les premiers cris ou pleurs, laissez le gérer ce réveil et il apprendra à se rendormir si ce n’est pas grave. Si vous devez l’accompagner à se rendormir, faîte-le dans le calme pour éviter de le réveiller davantage (pas de lumière, éviter de le prendre dans les bras, etc.).

Enfin, il est préférable de différencier la sieste de la nuit en maintenant par exemple un rideau entre-ouvert pour laisser passer la lumière pendant les quelques heures de siestes journalières.

En toute circonstance, garder son calme !

Tout est dit : à vous de vous adapter pour que votre enfant s’habitue à dormir régulièrement et calmement. C’est indispensable pour sa croissance durant les premières années. Votre manque de calme et de sérénité face à une situation de sommeil difficile ne fera qu’empirer la situation. Il faut donc modifier son mode de vie professionnel (congés maternité) et son hygiène de vie (pratique de sport, heures de sommeil à adapter au rythme du bébé et nourriture saine pour garder la forme).
Publié par Carole, il y a 4 ans